Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog d'Adel Taamalli

Lettre ouverte au Secrétaire général de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), à propos de la création d'une Fédération des Etats-Unis de l'Islam

1 Mai 2016, 12:15pm

Publié par Adel TAAMALLI

Monsieur le Secrétaire Général,

A l'image de Malcolm X qui, en 1964, déclara qu'il souhaitait avant tout travailler en direction du peuple auquel il appartenait (les Noirs Américains), lorsque, quittant le giron de "Nation of Islam", il créa sa propre organisation militante, je souhaite œuvrer pour la communauté au sein de laquelle Dieu m'a placé, la Oumma. C'est pourquoi j'ai décidé de rédiger cette lettre ouverte qui vous est adressée, et qui traite de la question de l'unité de l'Islam.

L'Islam, une impossible unité ?

Monsieur le Secrétaire Général,

L'année 750 marque une césure cruciale dans l'Histoire du monde musulman. Elle est en effet la date à laquelle la victoire de la révolution abbasside mit un point final à ce qui fut la seule période d'existence effective d'un Etat islamique recouvrant l'entièreté de la communauté musulmane. Depuis lors, nous n'avons cessé de voir s'amonceler des constructions politique finies, prenant en charge les destinées temporelles d'une partie de la Oumma. Ainsi des califats abbasside de Bagdad, omeyyade de Cordoue ou fatimide du Caire, se partageant entre eux le Dar el Islam du Xème siècle ; ou de l'Empire ottoman, du Maroc sa'dite ou de la Perse séfévide, mutuellement contemporains au XVIème siècle. Jusqu'à aujourd'hui où l'on voit évoluer près de 50 Etats souverains qui sont constitués d'une population majoritairement ou unanimement musulmane.

Ce spectacle de l'indivision politique n'est pas exclusif à l'Islam. Mais près d'un siècle après l'abolition du califat par la Turquie kémaliste, et à l'heure d'une mondialisation dont le processus historique est de plus en plus lié à l'émergence de puissances mondiales nouvelles montantes face aux ogres occidentaux, il convient de penser l'effectivité d'une unité islamique retrouvée. Mais au juste, Monsieur le Secrétaire Général, savez-vous quel en serait l'impact ?

Les effets d'une Fédération des Etats-Unis de l'Islam

Monsieur le Secrétaire Général,

Je vous invite à vous reporter intellectuellement dans un monde plus ou moins futur, dans lequel l'existence d'une telle fédération d'Etats islamiques ne serait plus une chimère et serait effective depuis un certain temps. Il serait alors opportun, dans cette rêverie intellectuelle, d'analyser la puissance d'un tel Etat. Aidons-nous, pour ce faire, des chiffres des dernières années que nous avons à disposition grâce aux publications régulières d'organisations internationales (ONU, FMI, OMC...). Et reportons-les dans cet avenir fantasmé tout en gardant à l'esprit l’idée que le cours du monde étant par nature diachronique, ces chiffres ne traduiront plus la réalité de ce temps à venir.

Et bien ! Que découvrons-nous ? Parmi les plus de 190 Etats affiliés à l'ONU, la Fédération des Etats-Unis de l'Islam en regrouperait plus ou mois le quart, de 45 à 50 (selon que l'on déciderait d'y intégrer la République turque de Chypre du Nord, non reconnue internationalement aujourd'hui sauf par la Turquie, ou encore le Kosovo, qui a proclamé son indépendance récemment, ou bien enfin les Etats composés tout juste majoritairement de musulmans tels que le Burkina Faso, le Tchad ou même le Liban). Quant à la population totale, elle serait, en prenant pour base l'année 2008, de 1,250 milliard d'habitants environ, soit un total d'habitants plaçant l'Etat islamique tout juste derrière la Chine et l'Inde. Et si nous faisions le même exercice en ce qui concerne les agrégats économiques principaux de 2010, on découvrirait alors que le PIB cumulé à parité de pouvoir d'achat (PPA) de ces Etats islamiques serait de plus de 15 000 milliards de dollars, ce qui en ferait virtuellement la première puissance économique mondiale, devant les Etats-Unis et l'Union Européenne !

Nous pourrions nous amuser longtemps à cet exercice et découvrir d'autres faits analogues, nous faisant penser qu'une Fédération des Etats-Unis de l'Islam recouvrerait une puissance considérable...

Les motivations d'une construction de la Fédération des Etats-Unis de l'Islam

Monsieur le Secrétaire Générale,

Se rendre compte que, depuis l'avènement de notre Prophète (Paix et bénédiction de Dieu soit sur Lui), les années au cours desquelles une telle construction politique a effectivement existé sont largement minoritaires au cours de l'Histoire, nous impose à la fois d'en être désolés mais aussi et surtout de gagner la certitude que cela a été ainsi du fait de la volonté exclusive d'Allah.

Cependant, à l'instar de Mohammad Iqbal qui valorise le "fatalisme actif" (le taqdir), nous devons nous considérer comme étant les instruments du destin (Reconstruire la pensée de l'islam, 1934). En effet, si mes actes vont dans le sens de ce que veut Dieu, je suis néanmoins complètement libre de mes faits et gestes, dont je ne puis connaître la véritable portée, quel qu'en soient, par ailleurs, mes intentions qui constitueront tout de même la base de mon Jugement par Dieu dans l'Au-delà.

Je n'accepte donc pas l'idée d'être perçu comme un parangon de ce que Leibniz appelait le fatum mahumetanum, cette propension soi-disant islamique à accepter le destin tel qu'il est, sans possibilité d'action aucune (Essais sur la théodicée, 1710). Or, convaincu, avec Kant, que l'humanité ne peut aller tout droit que vers la conscientisation de son unité qui se traduira par une construction politique intégrée à l'échelle mondiale (Idée d'une histoire universelle d'un point de vue cosmopolitique, 1784), je veux voir les musulmans se préparer à cela, sans s'enfermer dans un fatalisme passif qui ne ressort absolument pas de la lecture du Coran, (de laquelle il ressort nettement, plutôt, que l'homme est tout à fait libre de ses choix).

Car, en disposant de cet Etat islamique mondial que j'ai intitulé, comme par un fait exprès, Fédération des Etats-Unis de l'Islam pour amener tout lecteur de cette lettre à réfléchir sur le processus de l'unité fédérale américaine et l'impact de celle-ci dans la puissance que possèdent aujourd'hui les Etats-Unis, les musulmans du monde pourront être de véritables acteurs de la mondialisation, laquelle se caractérise par son effet, qui est un rétrécissement inédit et inéluctable de notre planète.

Conclusion

Monsieur le Secrétaire Général,

Le pensable est équivalent, en philosophie, à ce que l'on nomme le Vrai, c'est-à-dire cette existence qui procède de l'esprit humain mais qui ne s'est pas encore traduite dans la réalité. Il en est de même dans les mathématiques, qui sont la mise au jour d'une réalité ontologique préalablement existante mais non encore pensée.

C'est pourquoi je vous demande de travailler, dans le cadre de l'organisation internationale que vous dirigez, à l'élaboration d'une pensée sur la mise en marche d'une unité islamique véritable, qui, avant d'exister, ne pourra se déployer que selon des modalités déjà exprimées en fonction de paramètres multiples tels que l'état des sociétés musulmanes, l'économie, l'éducation, la géostratégie et la diplomatie faisant intervenir toute cette série de Grandes puissances qui tenteront d'empêcher un tel Etat islamique de naître pour des raisons évidentes...

Bref, un travail de recherche collective est urgent pour atteindre cet objectif. Et il doit non seulement se faire de Casablanca à Jakarta et de Tachkent à Moroni, mais aussi dans les sociétés occidentales elles-mêmes où nombre de spécialistes musulmans n'attendent qu'un signal de votre part, Monsieur le Secrétaire général, pour se mettre à disposition de ce noble dessein...

Lettre ouverte au Secrétaire général de l'Organisation de la coopération islamique (OCI), à propos de la création d'une Fédération des Etats-Unis de l'Islam

Commenter cet article